RADdO

RÉSEAU D'ARCHIVES ET DE DOCUMENTATION DE L'ORALITÉ

Base d'archives ethnographiques

Cette page est issue de https://opci-ethnodoc.fr/ethnodoc/raddo/

Le « RADdO », Réseau d’Archives et de Documentation de l’Oralité (https://raddo-ethnodoc.com), est un réseau d’utilisateurs d’une base mutualisée de données (personnelles, associatives, universitaires, d’entreprises ou de collectivités territoriales) qui partagent une même plateforme informatique de documentation/indexation de sources ethnographiques, orales, musicales et mémorielles (iconographiques, sonores et audiovisuelles).

Les membres qui composent le réseau RADdO sont accompagnés par l’OPCI-EthnoDoc dans le processus de gestion globale de leurs archives à caractère ethnographique : encadrer juridiquement les dépôts et collectes, numériser, documenter, recevoir, conserver, communiquer, restituer.

La base de données RADdO constitue l’un des outils mis en œuvre de ce processus d’archivage électronique développé par l’OPCI et ses partenaires et mis à disposition des membres (collectivités territoriales, associations, fédérations, fondations, entreprises).

Le processus proposé par l’OPCI-EthnoDoc concerne des archives numériques d’intérêt patrimonial produites à la faveur de dépôts et dans le cadre de recherches, d’enquêtes ethnographiques et d’inventaire du patrimoine culturel immatériel. Elles peuvent être :

– privées : provenant des membres associatifs, fédératifs ou d’entreprises du réseau,

– publiques : produites directement par les collectivités membres du réseau ou issues d’inventaires menés en partenariat avec elles.

La base de données est intéropérable. Les contacts sont établis depuis 2019 avec Bretania.

L’OPCI-EthnoDoc est une association loi 1901, reconnue d’intérêt général, dédiée à l’inventaire, à la documentation et à la valorisation du patrimoine culturel immatériel (https://opci-ethnodoc.fr).


Voir ici la liste des partenaires et membres du réseau
Voir ici les statistiques du catalogue


1. Finalités et présentation générale

1.1. Les outils de consultation de données en France

En matière de gestion numérique de documents ethnographiques et ayant trait au PCI, il existe quelques outils spécialisés : quelques uns sont liés à des organismes publics spécifiques tels la Bibliothèque nationale de France, ou à des archives départementales ; d’autres, consacrés à une zone géographique précise, sont gérés par des associations à vocation régionale Dastum (en Bretagne), le CERDO (en Poitou-Charentes) etc. Par ailleurs, des organismes présentent certaines données audiovisuelles en ne prenant en compte que certains types de documents.

De même, en matière de mutualisation, il n’existe que peu de solutions permettant à des détenteurs de fonds de disposer d’un outil mutualisé pour gérer leur propres données sans avoir à les déposer ou à les céder à une organisation tierce, à des coûts accessibles.

Le partage au sein d’une communauté d’acteurs d’un outil de gestion des données constitue l’une des finalités du RADdO.

Du fait de la multiplication du nombre de bases s’est créé un effet silo que l’interopérabilité permet de pallier en proposant l’accès aux données via des portails moissonneurs (Européana, Gallica, Bretania…)

Un autre enjeu de la gestion et de la diffusion des données réside dans le rapport éthique aux solutions proposées par les géants américains du web (les fameux « GAFAM »).

Le RADdO propose des outils basés sur des logiciels libres, intégrant des standards d’interopérabilité, hébergés en France, et permettant aux organismes membres détenteurs de fonds de rester propriétaires de leurs données.


1.2. La démarche à l’origine du réseau RADdO

1.2.1. Réseau d’experts autour de question des archives orales

Le réseau RADdO est issu de l’expérience d’inventaire de l’Écomusée du Marais Breton vendéen (Musée contrôlé DMF) et de numérisation de documents menée par l’Arexcpo (Association de Recherche et d’EXpression pour la Culture Populaire), créé en Vendée en 1977, qui a organisé sa base de données numériques à partir de 1995. Celle-ci a été conçue sur le plan informatique par Jean Mignet et Philippe Pateau, enseignants en informatique, et sur le plan du contenu par Jean-Pierre Bertrand. Plusieurs spécialistes, dont Florence Gétreau (MnATP), Catherine Perrier, Michel Colleu (pour le maritime), ont conseillé pour certains champs. En 1999, André-Marie Despringre (LACITO/CNRS) organise un comité scientifique pour développer cet outil. Une rencontre avec Jean-Léo Léonard (CNRS/ Sorbonne-Nouvelle) et Pascal Cordoreix (BnF), aboutit en 2004 à la création du réseau RADdO actuel.

Cet outil est, depuis, géré et adapté aux nouvelles problématiques culturelles par une communauté de chercheurs œuvrant dans diverses disciplines.

A l’écoute des usagers, un groupe de veille des évolutions technologiques et des besoins évolutifs collabore pour que RADdO soit en constante évolution.


1.2.2. Historique

1980 : Documentation des collections d’Arexcpo sur le modèle des fiches d’inventaire des musées de France et dans le cadre de l’installation de l’écomusée du Marais-Breton vendéen

1990 : lancement d’une base de données documentaire ethnographique dans le cadre de l’écomusée du Daviaud à la Barre-de-Monts à l’initiative d’Arexcpo

1998 : Création de la base de données sous Microsoft Access et développement documentaire avec le CNRS – LACITO et la BNF

2004 : développement de l’infrastructure documentaire de la base de données, sous le sigle du RADdO, avec le LACITO-CNRS et la Bibliothèque nationale de France-département des archives audiovisuelles

2007 : Microsoft Access est remplacé par des technologies web libres avec la création du premier site web RADdO (installable en local – non accessible par internet).

2008 : Mise en ligne du site web (accès par internet)

2010 : Prix régional de l’innovation numérique avec Génoralité, site dédié à la recherche sémantique, développé avec le concours d’iRéalité

2011 : Création de l’espace web de saisie

2013 : Début des recherches et du développement de l’interopérabilité

2017 : Nouvelle version du site web

2018 : Nouvelle convention avec la Région Pays de la Loire prévoyant un accès à RADdO au centre de ressources

2019 : Aide de la DRAC Pays de la Loire au développement (interopérabilité, recherche…)


1.2.2. Spécificité du traitement des sources musicales recueillies : histoire et approche de la construction documentaire de la base du  RADdO

Le contact d’AREXCPO-EthnoDoc à l’origine du RADdO avec la méthode scientifique déployée par les ethnolinguistes et les ethnomusicologues du groupe musilingue, que dirigeait André-Marie Despringre jusqu’en 2005 au  LACITO-CNRS, a favorisé et permis de modeler la base RADdO aux besoins documentaires relatifs au traitement des sources musicales et chantées recueillies lors des enquêtes ou des dépôts. Par la suite, ces relations ont également facilité l’emploi des données numérisées par les chercheurs du LACITO, puis par d’autres.

En matière de catalogage, les pièces chansonnières portent le double référencement Coirault-Laforet ou la catégorie en cas d’absence au catalogue. Dans les années 1990 ont été saisies au sein de l’infrastructure documentaire l’ensemble des références Laforte, complétées, au fur et à mesure des éditions, des catalogues Coirault.

Voir ici l’article traitant du traitement spécifique des sources musicales et chantées, par André-Marie Despringres, er LACITO-CNRS


1.3. Finalités du réseau RADdO

Le réseau RADdO inscrit sa démarche dans le cadre de la Convention de l’UNESCO de 2003, soit l’ensemble des savoir-faire et des traditions orales constituant le « patrimoine culturel immatériel » d’une société humaine. Pour cela, il propose un outil de consultation et d’étude de sources – connues ou plus souvent inédites, rares, anciennes… – et contribue à leur conservation et à leur transmission. Cette action s’inscrit dans une démarche collective au service de la mémoire des hommes, des territoires, de leurs forces vives associatives, d’entreprises, et du patrimoine culturel immatériel, sans frontières culturelles ou géographiques.

La caractéristique de la base mutualisée du RADdO est d’associer sur un même site de consultation des détenteurs d’archives et des supports de ressources différents : son, film, iconographie, photos d’objets, avec des filtres donnant accès à un sujet et son « écosystème ». Le témoignage oral peut être directement relié à des éléments iconographiques, géographiques, paysagers, professionnels, les objets peuvent être associés à la voix de ceux qui les ont transmis. Ce réseau de bases de données est administré par l’Office du patrimoine culturel immatériel basé en Vendée.


1.4. Les choix culturels du réseau RADdO

L’équipe ayant conçu le réseau RADdO a posé trois principes généraux :

– Un réseau consacré au « PCI », sans en définir de limites culturelles ou géographiques Comme il a été évoqué plus haut, le réseau RADdO a vocation à présenter l’ensemble de ce qui constitue le « patrimoine culturel immatériel » et ne se donne pas de limite géographique, même si la France est bien entendu au cœur de la matière qui est réunie.

– Une technologie indépendante basée sur des logiciels libres
Plutôt que d’utiliser une technologie privée et commerciale, telle qu’Alexandrie (logiciel utilisé par plusieurs communes, bibliothèques, associations,…), le choix a été fait pour le réseau RADdO de ne pas dépendre d’un éditeur de logiciel. Cette indépendance technologique a été permise par un développement en interne (au sein d’Ethnodoc, puis de l’OPCI) basé sur des technologies libres et gratuites.

– Un fonctionnement dans un cadre associatif
Issu d’une démarche associative, le réseau RADdO s’est développé sans changer sa philosophie. Il est aujourd’hui administré par l’OPCI, et piloté par deux conseils, l’un technique, l’autre scientifique.


1.5 Processus de gestion des archives

Schéma - Processus de gestion des archives de l'OPCI en lien avec la base RADdO

Différents types de fichiers numériques sont produits dans le cadre de dépôts ou d’enquêtes ethnographiques : à des fins de conservation, pour une utilisation pour des supports de valorisation (expositions, publications, parcours, dispositifs numériques et web), pour l’illustration des fiches.

Les illustrations sont attachées aux notices archivistiques et consultables dans le cadre du droit et de l’éthique : extraits sonores ou audiovisuels, images et vidéos en basse définition.

Les fichiers numériques en haute-définition sont conservés par l’OPCI-EthnoDoc ou par les membres eux-mêmes ; la conservation peut s’effectuer en lien avec les services publiques de conservation d’archives qui assurent la pérennité de la conservation archivistique en France (services des archives départementales, Bibliothèque nationale de France),


1.6. Accès et adhésion

1 – Consultation

La consultation de la base est gratuite et peut se faire :

– en ligne et anonymement : tout visiteur du site accède à la quasi intégralité des notices avec ou sans l’accès, selon les droits, aux fichiers médias associés (extraits ou intégralité des images ou sons ou vidéos) qui y sont attachés,

– dans les points de consultation des membres du réseau RADdO : le consultant de la base accède à la quasi intégralité des notices et des fichiers médias associés (extraits ou intégralité des images ou sons ou vidéos) qui y sont attachés.

La consultation est ouverte à tout visiteur du site de la base du RADdO https://raddo-ethnodoc.com.

La consultation peut-être authentifiée : la plupart des notices sont consultables sans authentification. Cependant, une authentification est souvent nécessaire pour pouvoir consulter les fichiers médias attachés aux notices protégés par le droit.
L’authentification est délivrée :
– aux structures membres de l’OPCI et du réseau RADdO,
– aux consultants individuels, dans le cadre de travaux de recherche, sur demande.

Voir 2.2. Les Niveaux de consultation pour plus de détails

L’utilisateur qui le souhaite peut, dans le cadre de travaux de recherche, demander un identifiant de connexion en envoyant une demande à l’OPCI, gestionnaire de RADdO. Cette demande doit contextualiser la recherche et pourra donner lieu à la signature d’une convention entre l’OPCI et le demandeur. Il peut également se déplacer dans un point de consultation pour accéder à la base via l’identifiant du point de consultation.

2 – Saisie de données

L’adhésion au réseau RADdO permet aux membres du réseau RADdO d’indexer leurs archives ethnographiques, leur photothèque, vidéothèque, sonothèque…

Le service est ouvert :

– aux grandes structures membres (collectivités, fédérations, fondations, entreprises) qui accèdent aux outils et à la formation pour la saisie de leurs sources et la gestion de leurs diffusion et le bénéfice des services à leurs membres (une collectivité fait bénéficier aux associations du patrimoine et d’histoire de l’accès aux services via sa cotisation). Le montant de la cotisation annuelle est de 550€,

– aux associations membres de l’OPCI (associations) qui accèdent aux outils et à la formation pour la saisie de leurs sources. Le montant de la cotisation annuelle est de 20€.

3 – Accès à la plateforme de connaissances Witno

Witno est une plateforme d’indexation et de diffusion en ligne d’archives de type ethnotextes : textes produits par des collectifs, des associations, des particuliers, sur des pratiques qu’ils ont identifiées ou sur des connaissances historiques et patrimoniales, dont ils témoignent.

Les textes sont publiés, sauf mention contraire, sous licence Creative Commons Attribution – Partage dans les Mêmes Conditions (CC BY-SA 3.0).

Witno contribue à faire reconnaître par la collectivité le rôle des associations du patrimoine et d’histoire dans la connaissance des territoires locaux. Ces groupes sont producteurs d’une matière qui pourrait disparaître si elle n’était pas archivée. Witno vise ainsi à :

Witno constitue l’une des applications de la suite d’outils mise à disposition des membres du réseau RADdO pour l’indexation et la diffusion de données numériques relatives au patrimoine ethnographique.

Les ethnotextes dont le contenu n’est pas encore transcrit sont indexés dans la base RADdO.

L’outil Witno est administré par l’Office du Patrimoine Culturel Immatériel (OPCI-EthnoDoc), association loi 1901, reconnue d’intérêt général.

La démarche Witno est en phase d’expérimentation. Toutes observations, propositions de contributions seront les bienvenues auprès de l’équipe de l’OPCI-EthnoDoc, département Documentation et Archives.


1.7. La gestion juridique

La prise en compte des droits patrimoniaux est intégrée au processus de gestion des archives, qu’elles soient produites à la faveur des enquêtes de l’OPCI-EthnoDoc ou des membres du RADdO ou produites à la faveur des dépôts ou des dons.
– Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés,
– Droits sur la propriété littéraire et artistique (Loi 57-298 du 11 mars 1957),
– Droits de l’interprète et du producteur de phonogrammes (loi 212-4 du 3 juillet 1985),
– Droit à l’image (article 226-1, 2° du Code pénal),
Chaque enquête, don ou dépôt est encadré sur le plan juridique notamment et fait l’objet de la signature de documents.

L’accès à ces archives est ouvert à tous, mais les consultants ne peuvent pas diffuser au public les documents sans l’autorisation des possesseurs du fonds concerné. La consultation est proposée ici dans le souci du respect des témoins et de leurs ayants droits éventuels connus. Il est toutefois possible que des ayant-droits découvrent sur ce site qu’une personne de leur famille aujourd’hui disparue a été enregistrée : bien sûr, s’ils le demandent, la consultation de ce document sera alors restreinte. Plus souvent c’est au contraire avec joie et émotion qu’ils découvrent la voix de leur aïeul.

Hommage soit rendu aux femmes et aux hommes qui nous ont transmis ces témoignages de leurs façons de vivre, de leurs pratiques, expressions, chansons, contes, musiques, et savoir-faire, et des moyens dont ils ont usé pour s’adapter aux environnements dont nous héritons aujourd’hui. Merci également aux collecteurs qui les ont rencontrés.


2. Les données et les modes de recherche

2.1. Les différents types de données

Il existe plusieurs types de données pouvant faire l’objet d’une notice sur RADdO. On peut les trier en deux catégories : les supports et les documents. Les supports sont des archives « brutes » qu’il faut traiter afin d’obtenir des documents. Par exemple, une enquête audio est un support, qu’on peut « séquencer », c’est à dire découper en thèmes (dans le cas de témoignages), par chansons interprétées… Les séquences qui en sont extraites seront traitées comme des documents, qui peuvent être de plusieurs types.
Le tableau ci-dessous liste les supports que l’on trouve dans la base, avec, pour chacun, les types de documents pouvant y être associés :

Support Document
Iconographie (traitée directement comme document) Iconographie
Enquête audio Témoignage, récit, pièce musicale (inédite), locution
Enquête vidéo Témoignage, récit, pièce musicale (inédite), locution
Édition discographique Pièce musicale (éditée), récit
Cahier manuscrit Partition, manuscrit
Édition bibliographique Partition
Journal Article de presse

Afin de documenter ces supports et documents, d’autres données nécessaires sont gérées par RADdO : villes et villages, langues, témoins, enquêteurs, propriétaires d’archives, auteurs et éditeurs, instruments de musique, ingrédients de cuisine, mot-clés…


2.2. Les niveaux de consultation

Sur RADdO, la majorité des notices archivistiques sont consultables gratuitement et sans inscription.

Le niveau de consultation peut cependant varier entre 4 niveaux, qui permettent de moduler la visibilité de la notice en elle même, et du fichier média qui lui est attaché :

1 – consultable

La notice, ainsi que le fichier média attaché, est consultable par tout visiteurs du site.

2 – consultation restreinte

La notice est consultable par tout visiteur du site. Le fichier média attaché est consultable par les utilisateurs authentifiés.

3 – non consultable

La notice est consultable par tout visiteur du site. Le fichier média attaché est consultable par le responsable de la saisie.

4 – accès réservé

La notice, ainsi que le fichier média attaché, est consultable par le responsable de la saisie.


2.3. Accès aux outils RADdO en ligne

L’accès au portail de consultation se fait à cet adresse : https://raddo-ethnodoc.com.

Cet accès ne requiert rien d’autre qu’une connexion internet active et un terminal (ordinateur, smartphone,…) équipé d’un navigateur web moderne (tel que Mozilla Firefox, Google Chrome…).

L’authentification est facultative (voir 1.5. Accès et adhésion).


2.4. La navigation sur le portail RADdO

Capture d'écran du portail RADdO

Plusieurs possibilités de recherche sont offertes aux visiteurs (encadrées en rouge sur l’image) :

La première d’entre elle est la recherche rapide. Son avantage est sa simplicité : cette recherche ne comporte qu’une entrée, et s’effectue dans plusieurs champs.

D’autres modes de recherche sont disponibles, plus complexes et plus précis. Ces modes de recherche permettent de combiner plusieurs mots-clés, de faire une recherche par lieu, par témoin, par langue,…

Les modes de recherche sont spécialisées par type de documents : un mode pour la musique, un pour les iconographies, un pour les archives parlées et contées,…

Il existe aussi des modes de recherche dédiés aux supports.

La recherche cartographique permet une autre approche : l’utilisateur sélectionne une lieu sur carte du monde et accède aux notices référencées pour ce lieu.

En dehors de la recherche, d’autres moyens de naviguer sont disponibles :

– « Une archive au hasard », permettant d’afficher une notice choisie aléatoirement (encadré en vert sur l’image).

– Depuis une notice, il est possible de cliquer sur certains contenus pour accéder à un ensemble de documents liés (encadré en bleu sur l’image).


2.5. Conservation de données personnelles

La base RADdO contient des données personnelles sur les enquêteurs, les témoins et les propriétaires d’archives. Ces informations sont nécessaire à la documentation des sources indexées.
C’est pourquoi elles sont conservées pour une durée indéfinie.

Chacun peut, en accord avec la réglementation européenne sur le gestion des données personnelles, demander la modification ou la suppression de ces données. Les demandes se font en contactant l’OPCI.


3. Technologie

3.1. Développement

Le développement de RADdO est assuré par un service intégré de l’OPCI, constitué d’une équipe projet et d’un développeur web, avec l’appui du CNRS-LS2N (ex LINA), d’iRéalité et de Polytech Nantes.

RADdO est développé avec des technologies libres dont nous remercions les contributeurs:

MariaDB, pour la base de données

PHP et Symfony, pour le site web, ainsi que Javascript, jQuery, HTML, CSS

– Les données d’OpenStreetMap et la bibliothèque JavaScript Leaflet, pour la carte.

– Les logiciels utilisés par notre hébergeur (OVH) sur ses serveurs, dont le système d’exploitation Debian GNU/Linux et le serveur web Apache


3.2. Interopérabilité

Dès 2009, les gestionnaires du RADdO ont souhaité ouvrir l’accès aux données au plus grand nombre en développement un site internet permettant la recherche en ligne sur l’ensemble des corpus.

Dans cette esprit d’ouverture, un programme de développement de l’interopérabilité de la base a été lancé en 2013 en vue de l’accès des archives aux grands portails de moissonnage de données culturelles. Les travaux ont été menés avec l’agence Capacités-iRéalité, filiale de l’université de Nantes, associée au laboratoire LS2N-CNRS. (EthnoDoc et iRéalité avaient été lauréats en 2010 du Prix régional de l’innovation numérique avec Génoralité, site dédié à la recherche sémantique au sein des corpus du RADdO).

A partir de 2015, un partenariat sur le sujet est signé avec Polytech à Nantes qui s’est traduit par la mise en œuvre de projets tuteurés annuels jusqu’en 2018 avec les élèves-ingénieurs dans le cadre de l’enseignement sur les bases de données en ligne la question des enjeux liés au « big data ».

En 2019, la DRAC Pays de la Loire a soutenu financièrement la dernière phase du développement de l’interopérabilité, aujourd’hui effective.

Des échanges sont engagés avec Bretania : les tests ont été lancés en septembre 2019 et sont concluant. Le conventionnement est en cours. Des prolongements sont envisagés avec Gallica.

Plus d’informations sur l’interopérabilité : https://opci-ethnodoc.fr/ethnodoc/raddo/interoperabilite/